CHAPITRE #1 – « Le Commencement »

Réalisé le 15 décembre 2017 par Thomas Hébrard

« Lorsque j’ai créé le Comité Stratégique de U’Wine en 2014, je leur ai dit « Votre rôle premier est de me dire stop. ». J’ai tellement mis d’énergie dans cette société que je ne pouvais plus m’arrêter. Des barrières, des mauvaises rencontres, des désillusions, des énormes périodes de stress et de doutes, j’en ai connu. J’en connaitrai encore bien sûr, mais elles sont aujourd’hui beaucoup moins violentes. Ce qui prouve que j’apprends et que U’Wine est robuste. De ma jeune expérience d’entrepreneur, j’ai surtout retenu qu’il fallait que je suive mon instinct et respecte mes valeurs. Bien m’entourer que ce soit au niveau de la famille, des amis, des collaborateurs, des actionnaires et même des Clients, est ma clé de réussite. Antoine, notre Directeur Financier, est mon pilier pour U’Wine ; Florence, ma femme, est mon équilibre de vie. Notre ambition dépasse les frontières et le nom U’Wine anglicisé en est la preuve. Notre histoire ne fait donc que commencer...

20 juillet 1984

Je suis né un 20 juillet 1984 à Arcachon. J’ai vécu toute mon enfance au milieu des vignes. L’eau et le vin sont les deux éléments qui ont bercé ma vie.

La passion pour l’eau m’a poussé à suivre les traces de mon père, à passer mes week-ends et mes vacances à m’entrainer ou à régater. La compétition, c’est le dépassement de soi, c’est l’esprit d’équipe. J’adore.

Faire le vin est le travail de mon père, était celui de mon grand-père et auparavant celui de mes ancêtres, depuis 1832, du côté de ma grand-mère paternelle. Comme tout enfant, j’allais déjeuner les mercredis chez mes grands-parents. Il s’avérait que leur domicile était le Château Cheval Blanc. Pour moi, une simple et jolie maison où nous ramassions et mangions des pignons de pin. Ce n’est que plus tard à l’âge adulte, que je percevrai l’importance de ce Château. Mes mercredis et week-ends de septembre étaient animés par les vendanges au Château de Francs ou à Cheval Blanc, accompagnant mon père sur le tracteur puis à la coupe des grappes et enfin plus tard au Château Trianon.

Mon accoutumance à la dégustation de Grands Vins date depuis bien avant l’âge légal de consommation. Bébé, je trempe mon petit doigt dans les coupes de champagne des invités puis plus tard à l’appel de Papa lors d’un repas « Thomas, Alexis, venez goûter ce vin. C’est une occasion unique dont il faudra vous souvenir toute votre vie ». On trempe les lèvres, on n’apprécie pas forcément à cet âge mais on goûte et on se souvient. Ces moments de découverte étaient sans chichi, sans nous forcer, juste une façon d’apprendre que le vin se boit avec les années et permet de passer des bons moments avec ses proches.

Année 2002

Très matheux au lycée, mon choix ne fait aucun doute, je veux être ingénieur en aéronautique. Le bac en poche, je pars pour Paris. J’intègre une grande école d’ingénieurs, l’ESTACA, et m’engage dans cette vie d’étudiant où les activités extra-scolaires sont aussi importantes que les cours. Je rencontre Florence en décembre de l’année 2002 au salon nautique de Paris.

Quel heureux hasard ! J’avais 18 ans... Cinq années étudiantes, des nuits quasi-blanches, mémorables, à réviser mes partiels, à profiter de ma jeunesse et à me créer des amis pour la vie. J’ai été très impliqué dans plusieurs associations de l’école et notamment le Bureau des Sports dont je fus président. Finalement, tout cela me fait prendre conscience que le management m’intéresse plus que la technique. Je décide donc de poursuivre mes études en réalisant un MBA en management à SUPAERO et HEC. J’aime comprendre le fonctionnement d’une entreprise et ses enjeux organisationnels. J’en ai fait mon sujet de thèse d’ailleurs. Beaucoup de théorie, il me faut maintenant passer à la pratique !

Janvier 2009

Bac + 6,5, je suis sur le marché du travail et je débute chez Algoé, un cabinet de conseil en management basé à Lyon et à Paris. Je décide de rester sur Paris avec Florence qui travaille déjà depuis plus de quatre ans comme infirmière. Je me passionne dans mon travail et l’idée de U’Wine arrive finalement très vite.

Février 2009

Je reçois mon premier salaire. Je prends conscience à ce moment que si je souhaite me créer une cave, il faut que je commence maintenant à épargner. Je sais que les meilleurs prix d’achat des vins de Bordeaux sont les Primeurs. J’attends donc avril et je demande à mon père les tarifs des Primeurs 2008 (viticulteur, mon père est également à cet époque négociant en vin à la Maison Hébrard). Je reçois les prix, tous très élevés. Je n’avais jamais su la valeur des Grands Crus que j’avais eu la chance de déguster. Mon goût étant déjà attiré vers les marques, je me retrouve dans une impasse, tant que l’on n’achète pas sa première bouteille on ne prend pas conscience de leur valeur.

J’analyse les tarifs Primeurs, je les compare avec le prix des vins livrables et je remarque que certains vins sont déjà très chers en Primeurs mais qu’ils se vendent encore plus cher cinq à dix ans plus tard. C’est sur ce constat que j’ai eu une idée : « Pourquoi ne pas acheter plus que mon besoin de consommation, en revendre une partie au bout de cinq à huit ans, pour ainsi financer ma consommation avec mes profits réalisés ». Je parle de cette idée autour de moi, nous sommes cinq à acheter pour la première fois le millésime 2008 sous mon nom, Thomas Hébrard. Par la suite, j’analyse et je suis les performances des Grands Crus. Je m’aperçois que celles-ci sont excellentes.

2010

Nous ne sommes pas cinq mais quinze intéressés pour acheter le millésime 2009. Là, je me dis qu’il faut que j’aille plus loin. Je demande l’autorisation à mes directeurs chez Algoé de créer une société dans le vin. La réponse est immédiate : « Pas de problème. Tant que tu continues à faire ton travail avec le même niveau d’implication et d’exigence, cela nous va. » Une chance unique ; je leur en serai reconnaissant à vie. Sans cette possibilité d’entreprendre U’Wine en parallèle de mon travail de consultant, je n’aurai jamais pu tenir financièrement jusqu’au lancement effectif de U’Wine, cinq ans plus tard.

Avril 2010

U’Wine SAS est créée

2011

1ers échanges avec l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Mon objectif est de faire enregistrer mon modèle d’investissement sous mandat pour : - Sécuriser mes Clients, - Pouvoir cibler les gestionnaires de fortunes les plus importants, - Éviter tout rapprochement avec les modèles à « risques ». 1ère augmentation de capital familial (124 K€) pour supporter les coûts juridiques. 2011-2014 : l’AMF impose que la société stoppe ses activités et supprime toute visibilité sur Internet, la commercialisation se limite uniquement au réseau « friends and family ». Heureusement, j’ai gardé mon travail de consultant.

Début 2014

J’ai 30 ans, c’est l’année la plus difficile de ma vie. En mai 2013, nous avons eu la naissance d’Augustin notre premier garçon qui a des soucis de santé. Le dossier avec l’AMF est en bonne voie mais ce n’est pas fait. J’ai investi toutes mes économies pour avoir un numéro d’enregistrement qui ne servira peut-être à rien, mais je ne peux pas m’arrêter. Je travaille six jours sur sept, je refuse de limiter nos diners et nos week-ends entre amis, je travaille la nuit dès que Florence et Augustin sont couchés pour être un minimum présent pour mes proches. Bref, j’ai deux métiers à temps plein et un bébé. Il faut donc faire un choix sur U’Wine : continuer ou tout arrêter. Je me mets dans un premier temps à temps partiel chez Algoé. Ceci me permet d’être également présent pour Quentin, un ami d’enfance, qui a souhaité s’investir dans le projet.

Eté 2014

L’offre MANDAT U’WINE est enregistrée par l’AMF en qualité d’Intermédiaire en Biens Divers. Ceci est une première en France en termes de régulation des placements alternatifs et une sécurité pour nos Clients.

Fin 2014

Création du Comité Stratégique.
Intégration de l’équipe dirigeante et des membres du Comité Stratégique au capital (+104 K€).

Mars 2015

3ème augmentation de capital « Love Money » (+465 K€ auprès de notre entourage et de Clients).
Nous nous installons à Bordeaux, premier bureau U’Wine au 13 allées de Chartres et première campagne Primeurs en tant que négociant. Une nouvelle vie commence et enfin le démarrage pour U’Wine à trois (Quentin, Antoine et moi).

Juin 2015

Quentin est le premier salarié de U’WINE. J’en suis très fier. Il a travaillé deux ans gratuitement ; il mérite tant.

Septembre 2015

Antoine est également salarié. Quelle chance d’avoir un Directeur Financier de ce calibre avec moi, il a quitté un poste important dans une grande société pour rejoindre la start-up U’Wine. Recrutement également de Jean-Marc pour prendre en charge le développement commercial. Une stagiaire, Constance. Ça y est, U’Wine commence à se structurer.

Décembre 2015

Création de U’WINE GRANDS CRUS SA. Un démarrage encourageant et surtout un réseau très qualitatif de partenaires gestionnaires de fortunes intéressés par nos produits.

Juin 2016

4ème augmentation de capital de U’WINE SAS (+250 K€), 1ère augmentation de capital de U’WINE GRANDS CRUS de 1,05 M€. Arrivée de Dorothée en tant que Responsable Marketing.

Décembre 2016

C’est top, le business plan est dépassé pour la première fois. Nous avons été référencés par une banque privée. Début des réflexions sur le modèle de distribution des « Grands Crus à Haute Valeur Ajoutée ». Il constitue la clé de voûte du modèle « absolu » de U’Wine, car c’est cet ensemble qui apportera le sens que je souhaite donner à U’Wine : Achat et portage de vins en primeur (Offre MANDAT) et distribution de Grands Crus à Haute Valeur Ajoutée (Offre de distribution).

Mai 2017

5ème augmentation de capital de U’WINE SAS (+1,1 M€). Nous sommes allocataires dans 75% de nos Grands Crus sélectionnés. Notre percée au sein des châteaux bordelais est exceptionnelle. Quelle reconnaissance pour nous ! Nous sommes sept à travailler chez U’Wine.
Et voilà que tout s’accélère...

Juillet 2017

J’ai un poste disponible et deux talents (Céline et Anne-Sophie). Je refuse de laisser filer les talents. On embauche les deux. Il y a toujours du travail pour tous ceux qui veulent intégrer l’aventure U’Wine.

Septembre 2017

A nous la Bourgogne ! Les domaines nous accueillent de façon remarquable. Ces « climats » sont un vrai trésor. Nous repartons de notre séjour, Quentin et moi, avec des allocations sur le millésime 2016 et des étoiles dans les yeux.

6 novembre 2017

Hong-Kong nous voilà ! Premier rendez-vous en Asie. Nous croyons avec raison au potentiel du marché asiatique.

Décembre 2017

Et maintenant, la Vallée du Rhône ! Je vous écris actuellement sur la route retour de Châteauneuf-du-Pape. Hier et avant-hier nous étions avec Quentin et Jean-Marc en Côte-Rôtie. Des allocations sont à venir, c’est génial ! Quelle richesse de pouvoir proposer à nos Clients les vins de tous ces grands terroirs pour leurs caves.

Fin 2017

Nos objectifs de business plan ont surperformés : +230% de facturation. Six banques sont intéressées par nos offres. Les Institutionnels, eux- mêmes, s’intéressent à nous.

Dans quelques jours, c’est Noël et 2018. Notre Président Emmanuel Macron souhaite favoriser les investissements dans les PME françaises mais sa Loi de Finance nous donne tout de même quelques incertitudes pour nos levées de capitaux sur notre filiale U’WINE GRANDS CRUS. On fait face. On anticipe. Et aucune raison de ralentir nos investissements et nos recrutements. Début janvier, nous serons douze U’Wine-Makers, un plan presse sera lancé dans le monde. On est en discussion avec une des plus belles compagnies aériennes au monde pour y commercialiser l’un de nos produits. On va solidifier nos acquis, développer massivement nos circuits de distribution et continuer à innover pour apporter toujours plus de services et de qualité à nos Clients. Des idées, je n’en manque pas. Je sais que la vocation de U’Wine est d’être le « gestionnaire de la cave des particuliers du monde entier » leur permettant d’avoir « les 1% des meilleurs vins des plus grands terroirs de la planète ».

CHAPITRE #2 – « L’hypercroissance »

Coming soon…