En directU’Wine

Retour à liste

Tête à tête avec Thomas : U’Wine en 2021

U'Wine

Tête à tête avec Thomas, CEO et fondateur de U’Wine qui nous parle de l’année 2020 et des enjeux pour U’Wine en 2021.

Peux-tu nous résumer l’année 2020 pour U’Wine ?

Pour un grand nombre de personnes, 2020 restera gravée dans les mémoires. Elle a rimé avec souffrance personnelle et professionnelle. Des pans entiers de l’économie, surtout le tertiaire, ont été et sont encore à l’arrêt. Nous n’avons tous qu’un souhait : plus jamais ça ! Je suis convaincu que c’est dans les moments durs que l’on voit la résilience et l’agilité des organisations. L’expérience que nous avons vécu chez U’Wine est assez particulière : une hyper croissance sur toute l’année 2020, un boom de l’activité et une équipe qui grandit très vite. Nous avons réalisé 15 M€ de prise de commandes en 2020 et doublé notre activité par rapport à 2019. Nos désinvestissements ont plus que doublé avec de belles performances (+62% brut en moyenne) dans un marché qui n’en pas. La Chine s’est lancée et nous sommes désormais 25 U’Wine-Makers dispersés entre Bordeaux, Lyon, Shanghai et aujourd’hui Hong-Kong. Je n’ai pas eu recours au chômage partiel et j’ai même poursuivi les recrutements. Paradoxalement, les équipes ont soufferts à partir du mois d’octobre. L’augmentation de la taille de l’équipe, un back-office mis à rude épreuve par la forte activité et un début de turn-over ont été des signaux d’alertes pour moi. Voir ne serait-ce qu’un des U’Wine-Makers malheureux et perdre des talents est inacceptable pour moi. COVID ou pas COVID, pas d’excuse, il a fallu agir.

Comment as-tu réagi ?

En lisant la littérature sur le management et en participant à des visioconférences, j’ai commencé à entrevoir les solutions. « Healthy Business » écrit par Jean-Charles Samuelian-Werve, fondateur d’Alan, a été un véritable déclic pour moi. Finalement, la question à laquelle je cherchais une réponse était : comment gérer l’hyper croissance avec la montée en compétences des équipes, le renforcement de notre ERP et l’anticipation des besoins RH tout en maintenant nos ambitions d’activités et la nécessité de gérer les aléas qui nous tombent dessus sans prévenir (covid, taxe Trump, Brexit) ? De la même manière, je suis convaincu que ma réponse peut répondre à l’autre versant : comment re-mobiliser son équipe quand sa société est en difficultés et que l’on est dans l’incertitude et en pleine crise ?

La réponse est l’Homme. Il faut mettre en 2021 l’Homme au centre de tout, revenir aux fondamentaux, au « You » de U’Wine. Concrètement, ce pivotement passe d’abord par l’affirmation de sa culture d’entreprise qui fait le lien entre tous les U’Wine-Makers et qui permet de créer la cohésion. Sans culture forte et affirmée, il est beaucoup plus difficile de vivre les pics et les chutes d’activés et de continuer à embarquer chacun dans le projet. Cette culture définit aussi la façon dont on travaille chez U’Wine. Le travail asynchrone, la responsabilisation et l’équilibre de vie et la réduction au maximum des réunions sont mes priorités. Cette dynamique-là permet ainsi de limiter les échanges improductifs pour ne garder que les moments individuels manager/staff hebdomadaires. Cette culture d’entreprise communiquée, transmise, partagée par chacun participe à créer la marque employeur de U’Wine, dicte le quotidien et fait de la société quelque chose d’unique, d’incopiable. Elle attire les talents qui sont en accord avec les valeurs issues de cette culture et améliore la productivité des U’Wine-Makers.

Au-delà de cette culture, j’estime aussi indispensable d’évaluer le bien-être des équipes à travers des outils (NPS interne, questionnaire, groupes de travail sur des sujets précis) et de s’assurer que les piliers de la culture sont toujours à l’équilibre, pour veiller à ne laisser personne sur le bord de la route. Pour atteindre cet objectif, il faut des U’Wine-Makers ambassadeurs, fiers, heureux et motivés ! Même si cela peut paraître moins prioritaire en temps de crise, le sujet de la culture et de l’homme me parait justement crucial pour traverser les tempêtes tout comme l’hyper croissance.

Que souhaites-tu finalement pour 2021 ?

Je souhaite que chaque U’Wine-Maker arrive le matin en se demandant comment il va pouvoir viser l’excellence pour lui, pour son équipe et pour les Clients. Mon ambition pour U’Wine est d’en faire l’entreprise du monde du vin la plus attractive au monde. Pour finir, c’est un souhait – car je ne le maitrise pas – nous allons reprendre de plus belle nos U’Wine Events avec nos Clients… avec du contact, du vrai, sans masque, du tactile, avec nos doigts et tous nos sens… Bref un retour aux vraies relations d’Homme à Homme !